Corona et Prostitution

En tant qu’ex-prostituée, je voudrais dire quelque chose d’urgent aujourd’hui. Parce que d’autres femmes en situation de prostitution ne peuvent pas le faire en ce moment. Parce qu’elles ont affaire à autre chose… avec la survie.

Le #Coronavirus est actuellement fermement sous le contrôle de notre vie sociale, et je salue toutes les mesures prises par le gouvernement et les pays qui ont été prises (bien que très tard), et j’espère que vous êtes tout.es magnifiquement raisonnables et isolez- mêmes en ce qui concerne les personnes âgées, personnes atteintes d’une déficience immunitaire, cancer, autres pré-maladies, etc. à ne pas mettre en danger. Nous devons maintenant être solidaires, surtout avec les personnes les plus vulnérables. Et c’est exactement ce dont je veux parler maintenant. Parce que les femmes dans la prostitution, et je suis l’une d’entre elles, sont aussi un groupe vulnérable, et la question est ce que les mesures peuvent désormais être considérées comme solidaires à l’égard de ce groupe. La ville de Stuttgart vient d’interdire la prostitution à cause du coronavirus, et avant d’encourager cela : il faut dire que c’est un désastre.

J ‘explique pourquoi :

Le paysage de la prostitution à Stuttgart, comme presque partout, se compose de 80 à 90 % de femmes forcées et de prostituées dans la pauvreté provenant du sud-est de l’Europe. Ces femmes ont souvent :

– Aucune assurance maladie, ou juste insuffisante.
– Bien sûr pas de statut d’employé et avec le droit de continuer à payer (loyer)
– Souvent même pas juste aucun droit.
(Elle est belle l’Allemagne que tu vends Emma Becker)

Ces femmes, et aussi la grande majorité des femmes allemandes en situation de prostitution, le font par contrainte et pauvreté. S ‘ils n’achètent pas aujourd’hui, ils n’auront pas d’argent demain, rien à manger – et rien pour vivre.

Ce qui va se passer à Stuttgart maintenant, c’est que ces femmes ne peuvent plus se permettre de se vendre, soit qu’elles ne sont pas autorisées de le faire à cause de leurs macs de toute façon. Donc elles vont se vendre secrètement, parce qu’elles n’ont pas d’autre choix. Et c’est le point crucial du crack. Elles devront continuer à le faire et elles seront punis si elles se font prendre. Les amendes qu’elles collecteront devront être payé avec une prostitution supplémentaire, puisqu’elles n’ont pas d’autre possibilité.

Juste au fait : les locations pour leurs chambres se poursuivent probablement. Cela veut dire : avec les amendes et les locations de chambre, ces femmes seront encore plus endettées à la fin de la crise du Corona qu’elles ne le sont maintenant, et cela signifie qu’elles tomberont très bas. Et : elles seront face à un risque accru pour leur santé pendant cette période de marchandisation secrète forcée. Parce que l’argent, elles doivent l’obtenir. Pour la nourriture, la vie, les macs et les enfants en Roumanie. Et ça veut dire : puisqu’il y a beaucoup moins de clients qui arrivent de toute façon, ils ont plus de pouvoir et peuvent exiger le sexe sans préservatif plutôt.

Est-ce que ça ressemble à une protection ? Définitivement pas.

Alors s’il vous plaît ne soyez pas heureux quand vous lisez ce message. Parce que pour les femmes touchées, c’est horrible.

Qu ‘est-ce qui les aiderait ?

Aiderait à mettre en œuvre le modèle nordique ici comme mesure pour ralentir la pandémie et protéger les femmes prostituées ! Cela signifie punir les personnes libres et approuver l’aide à la sortie ou au moins une protection financière qui leur permet de faire une pause dans la prostitution ! Parce que le fait est : la plupart des femmes dans la prostitution se vendent parce qu’elles n’ont pas d’alternatives. Enlever cette dernière option ne les aidera pas du tout.
Pas une seule femme ne fera la sortie en raison de la crise. Parce que ce n’est pas comme si cette crise créerait soudainement des milliers d’autres opportunités pour ces femmes. Au contraire, leur situation craint parce qu’elles sont dans la prostitution. Leur situation est même pourrie parce qu’elles sont dans la prostitution et nous avons une pandémie. La situation n’est que la dernière chance de se garder en vie financièrement.
Une interdiction dans cette situation est la pire chose à faire, parce qu’elle ajoute de la faim et l’itinérance pour ces femmes à leur prostitution et à l’exposition d’une pandémie !

Cela aurait été une chance de mettre en œuvre le modèle nordique et de laisser les femmes sortir de la prostitution en toute sécurité, bien que temporairement.

Ces femmes ne sont pas sécurisées de toute façon, peu importe !
Elles ont le droit d’obtenir une protection financière alternative pour qu’elles puissent s’arrêter !

Ça va CONTRE LA PROSTITUTION.
Ça ne va JAMAIS contre les prostituées.

C ‘ est le moment de montrer de la solidarité. Avec tout le monde, aussi et surtout avec celles qui ont le moins de droits ici ! Ces groupes ont surtout besoin de plus de droits (qui paie en cas d’infection chez les femmes prostituées de Roumanie ? Qui s’assurera qu’elles ne deviennent pas sans-abri ou meurent de faim maintenant ?).
Leur situation n’est PAS comparable aux personnes qui subissent maintenant des inconvénients ou qui ont une perte de gains, mais ont des économies ou un droit à l’argent, à des aides.
Celui qui dit “mais je n’ ai pas le droit de travailler en ce moment”, agit de façon cynique et ignorant !

Il faut s’assurer que ces femmes puissent pouvoir suspendre la prostitution !

Une interdiction de prostitution est toujours hostile aux prostituées.

Le modèle nordique peut être mis en œuvre au niveau municipal !
Il y a déjà un concept élaboré !

Et c’est exactement ce qui doit être mis en œuvre maintenant !

C ‘ est le moment !

Solidarité !