Le client. Pourquoi les hommes vont voir les prostituées, et ce qu’ils en pensent.

À côté de mon bureau se trouve une boîte dans laquelle je collectionne les mauvais souvenirs. Chaque fois que j’ai un flashback ou des “pensées intrusives”, je les note sur un morceau de papier, je le jette dans la boîte et je ferme le rabat. La boîte est assez pleine. Aujourd’hui, j’ai beaucoup brassé dans cette boîte parce que je voulais écrire un texte sur les clients. Et oui, je dis “client'” – cela vient de “quelqu’un de libre” [ le client de prostitution en allemand se dit ‘Freier’ soit le libre], comme dans “marcher sur les pieds des libres” – et c’est donc un euphémisme pour l’abus sexuel, ce que font les clients dans la prostitution, et un des nombreux exemples du fait que nous vivons dans une société qui accepte, normalise et minimise la violence sexuelle contre les femmes. J’utilise le terme “clients” [ ‘Kunden’ au sens général] de toute façon, par manque d’alternatives, et parce que c’est ainsi que les prostituées appellent leurs “clients”, et oui, on peut certainement entendre une touche désobligeante dans ce terme. Je ne dis délibérément pas “acheteur de sexe”, car dans la prostitution, il n’y a pas de sexe qui soit transféré de “travailleur du sexe” à “acheteur de sexe” et remis au comptoir. Curieusement, on parle peu des personnes qui exercent cette violence ; le sujet de la prostitution concerne généralement les femmes qui sont “autorisées” à le faire. Ensuite, j’entends toujours parler de toutes les “putes sûres d’elles, gentilles et sympathiques” que quelqu’un connaît, mais cela ne veut rien dire, parce que je connais aussi quelques HartzIV’ers “sûres d’elles, gentilles et sympathiques”, ce qui ne m’empêche pas de rejeter le système Hartz IV. Rejeter la prostitution ne signifie pas rejeter les prostituées, mais avoir compris le système de la prostitution – un système que les clients établissent – à travers leur demande.
L’autre jour, on m’a demandé comment reconnaître un client, et j’ai dû admettre : s’il n’est pas dans un bordel devant toi en train de brandir un billet, impossible. Non, même moi je ne reconnais pas les clients dans la nature, même après 10 ans de prostitution. C’est parce que, comme vous l’entendez si souvent, ce sont vraiment des “hommes normaux”, ce qui n’est pas censé rassurer ici et maintenant. Si vous demandez aux hommes s’ils sont déjà allés dans un bordel, ils vous mentent généralement (“Je ne ferais jamais ça”) ou vous racontent le conte de fées “Je n’y suis allé qu’une fois et c’était si mauvais que je ne l’ai jamais refait” (si vous entendez quelque chose comme ça : FUYEZ !). Les clients sont de types complètement différents. Il y a tout simplement tout ce qui est représenté, toutes les professions, toutes les tranches d’âge, tous les personnages – une seule chose qu’ils ont tous en commun – nous en reparlerons plus tard.


CLIENTS


Mais à quoi ressemblent les clients ? Tout d’abord, les histoires de tous les hommes handicapés qui ont besoin de la prostitution pour satisfaire leurs besoins sexuels ne sont pas vraies. En dix ans de prostitution, je n’ai pas eu un seul client handicapé, à part cela, il est discriminatoire de supposer que personne ne veut de toute façon des personnes handicapées et avoir des relations sexuelles avec elles volontairement. Pour la partie féminine des personnes handicapées, ce n’est pas vrai de toute façon, car elles sont même plus souvent maltraitées que la moyenne.
Il n’est pas vrai non plus que “beaucoup ne viennent que pour parler”. Pendant tout ce temps que j’y ai passé, il y a eu exactement un tel client (en d’autres termes : un seul). Il est évident que ce raisonnement sert à présenter les hommes comme des victimes (ils doivent toujours être forts et dominants, les pauvres) et en même temps à blanchir ce qu’ils font réellement dans la maison close.


Ainsi la façon dont sont les clients est complètement différente. J’ai eu des clients qui voulaient me baiser sur la fenêtre d’un immeuble de grande hauteur et qui aimaient ensuite me cracher dessus, me faire ramper à quatre pattes et me gicler au visage. J’ai eu des clients – beaucoup d’entre eux – qui m’ont demandé : “Combien ça coûte” et qui ont admis qu’il ne s’agissait pas de sexe mais d’acheter des femmes. J’ai eu des clients qui m’ont souri de manière dégoûtante quand ils ont remarqué que je souffrais (mon premier client était l’un d’entre eux). J’avais des clients qui apportaient des drogues avec eux pour les consommer avec moi.J’avais des clients qui aimaient franchir mes limites et faire exactement ce que je n’avais pas accepté de faire. Des clients qui voulaient me montrer leur armoire à fusils alors qu’ils étaient seuls avec moi et leurs deux toutous géants dans leur maison en pleine forêt (dont une clôture de sécurité de 2 mètres de haut et une réception de téléphone portable inexistante) et qui aimaient me demander encore et encore : “Eh bien, tu as peur maintenant ? Certains d’entre eux ont remarqué précisément ce que je ne voulais pas, mais ont quand même continué.Certains étaient pervers ou pédophiles, certains se branlaient déjà dans le couloir des appartements du bordel (oui, même les femmes non prostituées sont harcelées par la prostitution, les locataires féminines ont dû se dire merci), certains m’ont demandé mon âge la première fois ou m’ont dit qu’ils aimaient les très jeunes filles ou les enfants (“Je travaille dans tel manège, il y a de très jeunes filles, elles deviennent vraiment excitées si on leur donne juste la bonne selle”). Certains se sont sentis obligés de me proposer de me mettre enceinte (pour une raison quelconque), d’autres m’ont demandé s’ils pouvaient “m’avoir”. Certains clients étaient tellement convaincus d’eux-mêmes et de leurs performances sexuelles qu’ils m’ont accusé de ne pas avoir honte de “prendre de l’argent pour ça”, parce que j’en aurais “tiré quelque chose”. Il y avait des clients qui négociaient les prix et si je ne me laissais pas abattre, on m’accusait de n’être intéressé que par l’argent et de devoir “redevenir humaine”. Comme si les prostituées étaient une sorte de service de charité pour les hommes. J’ai eu des clients qui pensaient qu’ils devaient “me montrer comment faire comme il faut” parce qu’ils “ne pouvaient sans ça obtenir ça si facilement”, et des clients qui pensaient me complimenter avec des déclarations objectivantes («tétons excitants»). Je ne sais pas combien de fois on m’a demandé si j’aimais “baiser” en fixant le plafond ou mes ongles, je ne sais pas combien de fois j’ai entendu dire par les clients que ce serait de “l’argent facile”. Si les clients remarquaient que je ne pouvais les gérer qu’avec de la drogue ou de l’alcool, ils m’en mettaient à disposition. Beaucoup d’hommes aimaient me torturer, me baiser sans fin jusqu’à ce que tout soit douloureux. L’un d’eux se tenait devant la porte avec un masque de ski et avait probablement le fétichisme du “méchant masqué” effrayant les prostituées dans les appartements du bordel (ça a mal tourné, car je venais de sortir de la chambre et j’avais encore le fouet à la main). Un client m’a dit qu’il m’avait commandée parce qu’il n’avait pas de pratique sexuelle, qu’il avait essayé avec une poupée en caoutchouc, mais comme elle n’aurait pas été à lui, qu’il m’emmènerait ensuite. L’un d’eux a failli avoir une crise cardiaque, ce qui m’arrangeait bien sûr, l’autre était chrétien et refusait, après que le préservatif ait glissé, de laisser ses coordonnées et de contribuer au coût de la pilule du lendemain, parce que c’était “immoral et aussi un meurtre”. L’un d’entre eux m’a forcée à avoir un orgasme (“Si je veux que tu aies un orgasme, tu en auras un, le client est roi”), et beaucoup se sont excusés quand ils ne pouvaient pas y arriver, parce que maintenant je n’en tirerais plus rien.


Avant que quelqu’un ne pense que j’étais dans la rue et ne décrive ici que le bas de l’échelle du niveau des clients : en aucun cas, car ces gentils messieurs m’ont tous croisée dans l’appartement du bordel ou dans l’escorte, et d’ailleurs, les clients dans la rue ne sont en aucun cas seulement des hommes avec peu d’argent. Ce sont plutôt ceux qui veulent obtenir le moins de limites possibles et tirer le plus de pouvoir et de plaisir sexuel possible de la misère des autres.
Complices. Ils savent exactement ce qu’ils font.Si vous regardez dans les forums de clients, vous n’obtiendrez pas une image beaucoup plus belle. Il y a des hommes qui torturent dans leur cave des jeunes femmes qui ne parlent pas un mot d’allemand avec de l’électricité et qui en sont heureux : “elle se met à trembler quand elle me voit !” Réaction des clients du forum : “Respect !” Les hommes, qui bookent des prostituées forcées et sont heureux qu’elles ne soient pas encore “rodées” (“elle serre encore ses jambes, ma douce ! Il y a encore des sentiments réels ici, ce n’est pas encore une machine. Je l’ai prise par voie orale jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus”) ou les aider à “entrer par effraction” tout de suite ”les six premiers mois on ne doit la commander que comme esclave, jusqu’à ce qu’elle s’y habitue”, “je lui impose directement la gorge profonde et croyez-moi, elle va l’apprendre”, “elle ne savait probablement pas que son annonce disait qu’elle faisait aussi de l’anal et de l’AO [ tout sans préservatif ], lol, bien sûr que je l’ai fait quand même, comme on me l’aurait proposé”, “il y a six mois, elle ne faisait pas d’AO anal toute seule, on a dû lui apprendre qu’elle devait le faire d’abord”. Les pratiques deviennent de plus en plus dures (éjaculation faciale, cracher dessus, fisting, “pousser la boue” et “ordonner la pré-insémination”, gang-bangs, aiguilles, pisser dessus, gorge profonde au point de suffoquer ou d’étouffer) et vous ne pouvez pas vous débarrasser du sentiment qu’il ne s’agit pas de sexe mais de torture, de torturer quelqu’un – une femme. On ne cesse de demander si la femme est “résistante”, si elle tolère bien l’anal, si elle peut avaler du sperme sans s’étouffer, bref, si elle peut tenir debout tout en restant immobile (si elle s’offre à si bon marché et se tient en vitrine, elle doit s’attendre à ce qu’un homme veuille plus que ce qui a été convenu !) Que dans de nombreux cas, elle doit : donner. Par exemple, un client rapporte dans un fil qu’une prostituée lui a dit qu’elle avait 3 propriétaires ( !), qu’elle devait être prête à servir les clients 24 heures sur 24, “faire tout sans” et qu’elle n’était pas autorisée à refuser des pratiques, et qu’en outre elle ne pouvait garder que 30 des 130 euros de salaire horaire. Commentaire sans empathie du client : “Eh bien, ça casse juste, on voit ça aussi. Mais 30 euros, c’est beaucoup d’argent en Roumanie”.


Je n’ai pas délibérément pas copié les liens des fils de discussion des forums pour éviter le trafic – n’hésitez pas à aller sur Google, le terme de recherche “forum client” [ de prostitution ] suffit.
Au sujet des autres femmes. Épouses et petites amiesMais les clients ne parlent pas seulement des prostituées de cette manière, mais aussi des autres femmes (“les Allemandes m’énervent, ces femmes libérées***”) et de leur partenaire (car oui, de très nombreux clients sont en couple – je suppose que plus de la moitié d’entre eux). Certains disent qu’ils ont (encore) des relations sexuelles agréables avec leur partenaire, mais qu’ils ont besoin de changement (ce sont les “connaisseurs” autoproclamés qui consomment le corps des femmes comme du bon vin, il faut le tester). Beaucoup d’entre eux n’ont plus de relations sexuelles avec leur partenaire et font ensuite remarquer que la femme “refuse” d’avoir des relations sexuelles avec eux, qu’elle est “prude” et que du coup “c’est de sa propre faute” ; s’il va voir une prostituée, c’est parce qu’il est “forcé” par elle. Certains m’ont dit que leur femme rejette “malheureusement” les pratiques proposées, ce qui les rend très tristes, mais qu’ils doivent bien les vivre quelque part. (Lorsqu’on leur pose la question, de telles perversions sont généralement mises en évidence, qu’on n’est plus surprise qu’ils soient rejetés par les femmes). Ce qui devient très clair, c’est que les hommes se déresponsabilisent d’abord (c’est la faute de la femme ! Plus de sexe ou simplement pas le bon sexe) et qu’ils pensent généralement qu’ils ont le droit de faire l’amour (et ils doivent le faire quelque part, mon Dieu, et si la vieille femme ne le leur donne pas…). Et souvent, ils n’ont même pas mauvaise conscience : une fois, j’ai été appelée pour une visite à domicile par un homme qui était assis sur le canapé avec une photo de famille XXL encadrée au-dessus de lui. Lorsqu’il a remarqué mon regard, il m’a dit avec joie que sa femme était à l’hôpital et venait de mettre au monde des jumeaux, qu’il était très fier et qu’il voulait fêter ça, et comme elle ne pouvait tout simplement pas ”en ce moment”, il m’avait commandée pour le faire. Certains clients m’ont également dit que quelque chose de terrible était arrivé à leur femme dans son enfance, c’est pourquoi maintenant elle n’aimait pas avoir des relations sexuelles (et surtout pas de sexe anal, de sexe oral avec déglutition, fisting, éclaboussures au visage, ah, tant pis ! Il est clair que ce n’est pas l’abus lui-même qui est problématisé (abus d’enfant, abus du client contre sa femme, abus du client contre la prostituée), mais que les clients se sentent même comme des héros, parce qu’ils épargnent leurs femmes tout en faisant valoir leur “droit”. Les abus sur les partenaires vont si loin qu’elles sont parfois impliquées dans des rapports sexuels avec des prostituées. Combien de fois ai-je entendu “ma partenaire est un peu bi, alors j’ai pensé lui faire une faveur et commander une prostituée, et puis nous le ferions à trois” et j’ai immédiatement refusé, parce que je savais exactement que la bonne femme ne sait rien de la un-peu-bisexualité qu’on lui impute et qu’il faudrait la pousser à faire quelque chose qu’elle ne veut pas faire. Qu’ils l'”épargnent” ou l'”incluent”, les hommes vendent même cela comme une “faveur” qu’ils font à leur femme – ce qui les amène à faire des offres aussi gentilles que : “Hé, je voudrais éjaculer dans ma femme et tu la lèches avant, pendant que je te baise sans capote, ca va ?” – Les hommes font preuve d’une telle confiance en eux lorsqu’il s’agit de prostitution parce qu’ils pensent que c’est quelque chose qu’ils MÉRITENT. Je me suis couchée dans pas mal de lits de mariage et j’ai assisté à pas mal d’appels surprises des partenaires (“oh, je dois répondre, n’est-ce pas – oui, chérie ? C’est bien, j’ai hâte d’être à ce soir aussi”) et j’ai toujours été surprise de voir comment les hommes routiniers, sans conscience et sûrs d’eux, déroulaient leur programme envers leurs partenaires – pourquoi ? Si vous faites quelque chose que vous pensez être bon pour vous, vous n’avez pas à cacher votre mauvaise conscience, car vous n’en avez tout simplement pas ! La seule raison pour laquelle le tout ne doit pas être révélé est qu’il serait désagréable que la partenaire se mette en colère.


Dans un fil de discussion particulièrement dégoûtant d’un forum de clients, on peut même lire qu’un mari a pris l’habitude de se servir du gode de sa femme avec des prostituées commandées à domicile et de le remettre à sa place sans le laver – sa façon très personnelle de se venger de sa femme qui, à ses yeux, lui doit du sexe auquel il ne veut tout simplement pas renoncer. Je ne veux même pas parler de tous ces gars qui pratiquent ”tout sans” (ao) et qui rentrent ensuite chez eux et poursuivent leur chemin. Bien que pour le client les deux, prostituées et épouses, soient là pour leur offrir du sexe, les clients font très bien la différence entre les deux. On m’a donc dit et répété : “tu es trop bonne pour le bordel, tu n’as pas ta place ici”, ce qui implique qu’il y a des femmes qui ne sont pas assez bonnes (pour être une épouse ?) et qui ont leur place dans le bordel. Leur mépris pour les femmes, cependant, touche à la fois la partenaire et la putain. Il touche toutes les femmes.
Comment voulez-vous résumer ça ? – Les clients sont des hommes qui ont un regard sur les femmes qui les transforment en animaux de ferme. Vous pouvez le voir assez bien dans des phrases comme : “Je ne suis pas obligé d’acheter la vache entière si je veux un peu de lait”. Les clients comparent aussi volontiers les prostituées à la nourriture / aux biens de consommation : “À la maison, il y a toujours de la soupe aux pois, je veux juste des fois du rôti de porc” ou “C’est très bien de toujours conduire une Opel, mais de temps en temps, on s’autorise aussi à avoir quelque chose de plus spécial”.


Le gentil clientOn me demande sans cesse s’il n’y a pas eu aussi de bons clients, et je peux seulement dire que oui, il y en a eu. Mais ce qui importe, ce n’est pas de savoir si quelqu’un est gentil, mais ce qu’il fait. J’en avais un qui voulait tout le temps me tenir la main et m’emmener dîner après. Je détestais ces rencontres parce qu’elles duraient si longtemps, même au lit. C’était un de ces clients “gentils”, et ils veulent généralement du sexe ”girlfriend”, c’est-à-dire qu’ils veulent de la proximité, de l’intimité, des câlins, des baisers, tout ça, et c’est épuisant parce que ça dépasse les limites personnelles, parce qu’il faut interagir encore plus, et ça ruine complètement l’intimité, précisément parce qu’elle est entièrement exigée. Vous ne pouvez plus rien garder pour vous en imitant ces gestes de tendresse (ils ne sont pas réels) et en les vendant, s’ils ne vous appartiennent plus, ils deviennent partie intégrante du répertoire de l’artiste et donc dénués de sens, séparés du moi. Dans un avenir libre, ils doivent d’abord être récupérés et réappris. Outre le sentiment d’être abusée, en extériorisant ces gestes intimes, il y a aussi le sentiment d’être impliquée dans l’abus, d’abuser de soi-même, puisqu’il ne reste aucun “noyau dur”, qui serait protégé du client. C’est comme une livraison totale. – Ce client voulait en tout cas que je fasse semblant d’être son amante – il faisait partie de ces “bons vivants” qui ne pouvaient pas s’entendre avec une seule femme et il me plaignait régulièrement à cause des autres clients avec lesquels j’étais obligée de travailler. L’idée qu’il appartenait lui-même à ces clients désagréables ne lui est jamais venue à l’esprit : Les clients ne se considèrent pas comme des clients, ce sont toujours les autres qui sont mauvais. (Sauf avec les sadiques : ils aiment qu’on se souvienne d’eux comme “les pires”) Il m’a offert beaucoup d’argent, pour que je “n’aie plus à le faire”, mais avec les clients, rien n’est gratuit, les clients n’aident pas comme ça, non, une prostituée est un bien public, et chacun veut en tirer quelque chose, et au mieux les clients ”aidants” pour se garder leur propre petite pute privée. Je devrais donc le rencontrer, mais seulement lui, et sans argent. Il voulait m'”acheter”, pour ainsi dire.


Parce que les hommes pensent tellement qu’ils ont le droit d’avoir des relations sexuelles au plus profond d’eux-mêmes, qu’ils ne voient pas pourquoi ils devraient payer pour cela. Si vous êtes une bonne actrice, vous en avez évidemment tiré “quelque chose” et vous n’avez pas vraiment besoin d’être payée ( = réussissant à créer une trop bonne illusion), si vous êtes une mauvaise actrice, vous n’avez pas “rendu le service” et vous n’avez pas vraiment besoin d’être payée. Vous ne pouvez pas gagner !
Le point de vue des clients par rapport aux prostituées est dichotomique : d’un côté, ils veulent une machine qui traite tout le monde sur un pied d’égalité (“elle doit faire ce qu’elle offre, peu importe qui vient”, un rejet de leur personne n’étant pas prévu), de l’autre, ils veulent représenter quelque chose de spécial. Soit parce qu’ils sont si remarquablement bons au lit, soit s’ils sont sadiques, parce qu’ils savent particulièrement bien anéantir la prostituée. Ce qu’ils ne veulent jamais être : un comme un autre, numéro 8 ou 9 sur la liste quotidienne. Non, on doit les garder en mémoire, c’est une question d’ego.
Pourquoi les hommes vont voir les prostituéesPlusieurs études tentent de répondre à la question de savoir pourquoi les hommes vont voir les prostituées. Malheureusement, les scientifiques allemands, en particulier, oublient que les clients interrogés leur répondent comme la société l’attend (“romantiques”, “aiment essayer”, “ne peuvent plus avoir de relations sexuelles à la maison”) et brossent ainsi un tableau plutôt flatteur du client qui ne correspond pas à la réalité. (Dans les forums de clients , ils auraient eu des connaissances plus approfondies !) Exemples de telles “études”, par exemple dans la Süddeutsche ou le Tagesspiegel.


Alors pourquoi les hommes font-ils cela ? Certains sont simplement des sadiques qui détestent les femmes et qui voudraient “leur donner une leçon de baise hardcore/haine”. Certains sont de pauvres petites saucisses qui doivent prouver leur virilité à une prostituée, d’autres sont des “romantiques” qui veulent établir une sorte de lien, une relation, une romance. Ils ont tous quelque chose en commun : ils pensent avoir le droit d’avoir des relations sexuelles, ils ont un certain mépris pour les femmes et ils sont orientés par une image de la masculinité qui dégouline de la masculinité toxique. Mais surtout : tous savent ou pourraient savoir que ces femmes ne se couchent pas sous eux volontairement et de leur plein gré. Mais ça leur est tout simplement complètement EGAL.


C’est commandé comme sur un menu : un ”français total” s’il vous plaît, avec l’anal après, puis un corps adéquat est choisi dans lequel le menu est consommé. L’aspect de la sélection du corps est d’ailleurs la preuve que le sexe n’est pas un service : car ce n’est pas sans importance, qui le fournit, parce qu’il ne s’agit pas seulement de sexe, il s’agit d’UTILISER une femme.
Parce que : même les romantiques ne recherchent pas un réel rapprochement. Ils ont devant eux l’image d’une femme, l’image d’une relation avec cette femme, et ils paient pour que cela se réalise, quelle que soit la réalité. Et ils ressemblent aux sadiques qui utilisent la femme de la même manière, et qui ne se soucient pas de sa véritable volonté. La prostitution ne fonctionne pas sans contrainte, il n’y aura jamais assez de femmes qui se prostituent “volontairement”, une bonne partie devra toujours être contrainte. Les clients ne peuvent souvent pas savoir s’ils ont une prostituée forcée devant eux, et ils s’en moquent tout simplement. La coercition ne les dérange pas, elle ne les dérange que lorsqu’ils doivent la voir, car alors elle détruit leur image. Ils la trouvent excitante (comme les sadiques), n’y vont plus (parce qu’ils ne peuvent pas avoir l’illusion pour laquelle ils paient) ou la minimisent (trouvé l’autre jour dans un forum client: “qu’est-ce que la contrainte, je dois me lever chaque matin et manger quelque chose, c’est aussi une contrainte”). Les prostituées ne sont pas des êtres humains pour les clients, et si elles disent qu’elles souffrent, “soyez patientes”. De préférence ils aimeraient en avoir une avec laquelle ils peuvent tout faire et qui sourit encore : une poupée. 66% des clients savent que beaucoup de femmes sont forcées par des proxénètes, mais ils s’en moquent tout simplement. 41% y vont quand même, en sachant pertinemment qu’elles sont victimes de proxénètes.


Du client au coupable

Ça correspond aussi à mon expérience. Quand j’étais encore dans l’appartement du bordel, il était clair pour beaucoup de clients qu’il y avait quelqu’un dans la pièce d’à côté, et quand j’étais dans l’escorte, beaucoup étaient surpris que je n’aie pas de “patron” ou de proxénète, tellement ils y étaient habitués.
Il y a des clients qui ont parfaitement vu mon dégoût, mais qui n’y ont prêté aucune attention (“arrête de te détourner quand je veux t’embrasser”, “j’ai trop l’impression que tu ne veux plus voir de bites”), puis il y a ceux qui étaient excités par mon dégoût et puis il y a ceux qui ont été écoeurés par mon dégoût et qui ne sont pas revenus. C’est une question de contrôle, de contrôle sur les femmes. Certains se mettent en colère si la performance n’est pas bonne, d’autres sont heureux lorsque le masque de la maîtrise de soi des prostituées tombe de côté et leur tapent dessus en plus. La violence qui est payée n’est qu’une partie, l’autre est la violence qui n’est pas identifiée : Viol, torture, violence physique, meurtre.
Il s’agit donc d’avoir une femme sous contrôle, de lui laisser faire tout ce qu’on désire, ce que vous voulez qu’elle fasse, d’être ce que vous souhaitez qu’elle soit. Et c’est là le cœur de la prostitution : tout est centré sur les besoins de l’homme, le sexe est toujours disponible, il n’a rien de plus à faire pour lui, il a le libre choix du corps des femmes, le principe du rejet n’est pas prévu. Certes, les clients aiment entendre qu’une prostituée “rejette définitivement des clients aussi” car cela leur donne le sentiment d’appartenir à un cercle élitiste. Mais ils ne peuvent pas s’imaginer être ce client rejeté. Chaque fois que je refusais des clients, c’était un grand non-non, une chose à laquelle ils n’avaient pas pensé auparavant et à laquelle ils réagissaient de manière si allergique, comme si je leur devais quelque chose, comme si j’étais des toilettes publiques auxquelles eux seuls n’avaient pas accès, comme si j’avais enfreint les règles.
Quiconque pense aujourd’hui que je parle d’une minorité, d’un tout petit nombre d’hommes malades, se trompe. Selon les statistiques qu’on évoque, en Allemagne, soit un homme sur cinq va voir les prostituées, soit trois hommes sur quatre. On peut calculer que chaque jour ( !) un à 1,2 million d’hommes se rendent dans les maisons closes allemandes. Ne sont pas inclus les hommes qui regardent la prostitution filmée  ( = pornographie). Parce qu’ils sont bien des clients quelque part.


Melissa Farley a découvert dans une étude que les clients sont beaucoup plus susceptibles de commettre un viol que les non-clients. Premièrement, on peut en conclure que la prostitution a un effet d’apprentissage sur les hommes, à savoir que la violence contre les femmes est acceptable dans certaines circonstances. Non seulement un nombre particulièrement important de femmes qui ont déjà été victimes d’abus se retrouvent dans la prostitution, mais elles y subissent également d’autres violences, et les clients emportent avec eux des inhibitions réduites concernant la violence sexualisée contre les femmes lors de leurs visites aux prostituées. Et cela signifie :
La prostitution est la conséquence de la violence à l’égard des femmes, est elle-même une violence à l’égard des femmes et est la cause de la violence à l’égard des femmes.
La prostitution concerne toutes les femmesC’est pourquoi la prostitution concerne TOUTES les femmes. Si une femme peut être achetée, alors toutes le sont : combien de fois ai-je entendu des clients dire qu’ils préfèrent me payer plutôt que “n’importe qui, c’est cher, des fleurs, un restaurant et ainsi de suite, au bout du compte, vous ne pouvez même pas arriver à vos fins”. En outre, les clients rejouent souvent des scènes de pornographie violente dans un bordel, c’est-à-dire qu’ils passent du statut de voyeurs de la violence sexuelle à celui d’auteurs directs, puis définissent ces pratiques comme normales, réalisables et exerçables sans conséquences et les proposent à leurs partenaires ou les leur demandent. La prostitution ne se situe pas en dehors de cette société, elle est produite par elle et est également nécessaire pour cimenter le modèle traditionnel encore et toujours : Homme actif et agressif, femme passive et soumise. Elle est financièrement dépendante de lui alors tant qu’il peut disposer d’elle sexuellement, ses besoins ne sont pas une priorité. Ce n’est pas un hasard si les partisans de la dépénalisation complète de la prostitution continuent de dire que c’est toujours mieux que le mariage, car le mariage et la prostitution reposent exactement sur le même principe de base. Il est tellement dommage que nous vivions dans une société qui ne peut pas imaginer une sexualité dans laquelle aucune compensation n’est versée aux femmes simplement parce qu’il n’y a pas de DOMMAGES.
Au contraire, nous vivons dans une société qui croit que les hommes ont droit au sexe en toutes circonstances, même si cela signifie qu’une femme est forcée d’en avoir. C’est dommage, mais malheureusement c’est comme ça, n’est-ce pas ? Le monde est tout simplement mauvais.
Il devient évident que les besoins des hommes sont apparemment plus importants que l’intégrité physique et mentale des femmes, sans parler de leur choix personnel sexuel.


Parce que la prostitution est le contraire d’un choix personnel sexuel. Et les clients le savent, et cela les excite, ou ils ne le savent pas, mais ils peuvent le savoir, ou ils l’évincent. En bref : voulons-nous vivre dans une société où les hommes aiment que les femmes répriment leur dégoût et où ils ne se soucient pas du meilleur ?
Les clients ne voient pas les prostituées comme des femmes, ils ne voient que l’objet, le corps, voire l’accessoire décoratif (l’associée). Ils ne peuvent vraiment pas savoir comment elle va, pourquoi elle se prostitue, ce qu’elle pense vraiment, quel genre de vie elle a eu jusqu’à présent, si elle veut être ici ou non.


Ils sont tout simplement profondément indifférents. La femme, ses droits, sa volonté et ses sentiments leur sont indifférents, et c’est ce que tous les clients ont en commun, vraiment tous : l’indifférence.
Les clients paient pour l’absence de dignité, d’ego et de volonté d’une femme, et la question est de savoir pourquoi nous avons réellement besoin d’une institution qui typiquement le leur permet.

(c) Huschke Mau