Interview de Huschke Mau / Par Francine Sporenda

translation: Francine Sporenda

Interview first published here

F :  Comment expliquez-vous que l’Allemagne (selon une citation populaire) soit devenue le « bordel de l’Europe » ?

H.M. : A mes yeux, les raisons qui font que l’Allemagne est devenue le point de transit numéro un du trafic d’êtres humains n’est pas seulement la conséquence de l’élargissement de l’Europe avec l’entrée des pays de l’Europe de l’Est, mais aussi de la demande. Nous avons une demande très forte en Allemagne : 1,2 million d’hommes visitent des bordels chaque jour. Ajoutez à ça nos lois qui promeuvent la prostitution : celle-ci a été légalisée en 2002, et donc il n’est plus illégal d’être proxénète ou manager de bordel. Le proxénétisme est criminalisé seulement si c’est « exploitatif »–ce qui veut dire si 50% des gains de la personne prostituée lui sont confisqués. Cela ne s’applique pas cependant aux loyers perçus sur les chambres louées dans les bordels, qui sont très élevés : de 100 à 180 Euros par jour, c’est la norme. Si les conservateurs et la droite ne désapprouvent la prostitution que de façon à ce qu’elle reste quand même un droit masculin clandestin, tandis que les prostituées sont méprisées, la gauche et les Verts ont des positions qui relèvent de l’enfumage : ils définissent la prostitution comme un travail, voire ils la présentent comme féministe ou « empowering ». Au lieu d’offrir des alternatives aux femmes ou des moyens d’en sortir, leurs efforts ne visent qu’à rendre la prostitution plus acceptable. Le fait que 89% des femmes veuillent en sortir est complètement passé sous silence.

F: Pouvez-vous nous parler de la « loi pour la protection des prostituées » récemment adoptée ? Qu’est-ce qu’elle prévoit ? Quels sont ses aspects négatifs et positifs (s’il y en a) ?

H.M. : Cette loi « Prostituiertenschutzgesetz » (loi de protection des prostituées) pose des régulations pour les managers de bordels et les prostituées. Elle a été passée cet été. Les managers de bordels doivent maintenant avoir un permis ou une licence pour exercer, ceux qui ont déjà été condamnés pour trafic d’êtres humains ne peuvent pas être autorisés à gérer un bordel. Les prostituées doivent s’enregistrer et elles doivent assister à des sessions individuelles de formation santé. De plus, le port du préservatif est maintenant obligatoire pour les clients, ce qui est le seul point positif de la loi. Les clients qui insistent pour ne pas porter de préservatif recevront des amendes élevées. Ceci dit, la stratégie politique mise en oeuvre par cette loi ne consiste qu’à faire disparaître les aspects les plus catastrophiques de la prostitution en Allemagne, par exemple les tarifs au forfait pour les bordels, ou les offres de « gang bangs » (viols collectifs) qui sont maintenant interdits, mais la situation des prostituées en tant que telle n’est pas abordée. Sauf pour les préservatifs obligatoires, il n’y a rien dans ces régulations qui responsabilise les clients, il n’y a aucune aide à la sortie, il n’y a rien qui offre aux femmes des alternatives. La loi ne stipule même pas 21 ans comme âge minimum d’entrée dans la prostitution, cette disposition a été refusée comme « interdiction d’activité professionnelle ». En conséquence, l’exploitation de filles très jeunes venant des régions les plus pauvres de l’Europe va continuer en Allemagne. La prostitution forcée est très difficile à prouver, même si la police estime que 9 femmes sur 10 travaillent pour un proxénète caché.

F : Vous dites que les administrations municipales sont chargées d’appliquer cette loi, et que cela est en soi la garantie qu’elles ne seront pas appliquées. Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

H.M. : Les administrations municipales doivent en effet appliquer cette loi—mais les fonds qui leur sont alloués pour le faire sont insignifiants. Suite à la loi, les villes devront créer de nouveaux emplois, par exemple pour travailler dans les bureaux où les prostituées devront se faire enregistrer. On aura aussi besoin d’interprètes (beaucoup de prostituées allemandes sont d’origine étrangère NDLT). On aura besoin de médecins pour les formations-santé. Mais ce qui semble vraiment intéresser l’Etat, c’est de profiter financièrement de la prostitution au maximum, et pas du tout d’investir dans des aides efficaces pour les femmes concernées. Il n’y a pas assez de centres de conseil, il n’y a pas assez d’aides à la sortie, il n’y a pas assez d’alternatives disponibles pour les femmes prostituées.

F: Pouvez-vous expliquer comment la légalisation de la prostitution entraîne automatiquement le développement de la corruption dans la police, les administrations locales et les sphères politiques ?

H.M. : La légalisation, c’est avant tout les proxénètes, les managers de bordels et les clients qui en bénéficient. La prostitution légale envoie aux clients le message que c’est ok d’acheter une femme. Etre client, ça n’a plus rien de honteux en Allemagne, au contraire. Récemment, un homme a été traduit en cour de justice pour avoir étranglé une femme. La juge a suggéré que, s’il aimait étrangler des femmes, il aurait dû aller voir une prostituée ! La violence contre une certaine catégorie de femmes est ainsi normalisée, il n’y a aucune solidarité avec les femmes prostituées. Beaucoup d’hommes sont clients en Allemagne, des statistiques précisent qu’au moins 3 hommes sur 4 ont eu recours à une prostituée au moins une fois dans leur vie. S’ils peuvent le faire aussi facilement, pourquoi ne le feraient-ils pas ? Et en même temps, les prostituées, elles, ne sont pas du tout décriminalisées. Si elles ne respectent pas les régulations concernant les zones autorisées pour l’exercice de la prostitution, elles sont punies. Elles sont punies si elles ne payent pas leurs impôts. Et cela donne aux managers de bordels et aux clients les moyens d’exercer un chantage sur elles. De nombreux policiers et politiciens sont aussi clients. Mon premier proxénète était un policier, et j’avais de nombreux policiers comme clients. Et personne ne voit ça comme un problème—puisque le proxénétisme est légal. Et comme ces policiers et ces politiciens sont clients, ils prennent des décisions qui servent leurs intérêts en tant que clients.  Et l’existence de bordels dans une ville augmente considérablement le montant des revenus fiscaux cette ville, voir ce que paient en impôts des méga-bordels comme le « Pasha » à Cologne. C’est un très gros fromage pour les politiciens, il est hors de question qu’ils y renoncent.

F: Pouvez-vous nous parler de ces chaînes de méga-bordels en Allemagne ? Et comment les maltraitances sur les femmes prostituées y sont sans doute pires que dans toutes les autres formes de prostitution (tarif au forfait, gang bangs, systèmes de surveillance des prostituées comme dans une prison etc.) » ?

H.M. : Oui, en effet, en Allemagne, nous avons des bordels géants. Il y a deux types de bordels. Ceux dans lesquels les clients et les femmes se rencontrent, et ils peuvent ensuite monter dans les chambres. Et ceux où les clients défilent dans les couloirs devant les femmes assises devant la porte de leur chambre pour faire leur choix. Oui, la loi de protection des prostituées de 2017 a supprimé les offres au forfait et les gang bangs, mais ce qui se produit actuellement, c’est que les grands bordels prospèrent, tandis que les plus petits, ou les bordels en appartement, sont en train de fermer.

F : La légalisation a fait des proxénètes et des trafiquants d’êtres humains des hommes d’affaires respectables. Vous mentionnez sur votre blog le cas du prince  de Sachsen Anhalt qui a investi une partie de sa fortune dans des bordels. Ces « hommes d’affaires » peuvent maintenant passer ouvertement des annonces d’offres d’emploi pour recruter de nouvelles prostituées, des publicités pour les bordels sont visibles partout en Allemagne. Pouvez-vous nous parler de cette normalisation du proxénétisme et de la prostitution, et de l’effet que cela produit sur la société allemande et sur la situation des femmes en général?

H.M. : Quand on voit des managers de bordels passer dans des émissions à la télé ou même avoir leurs propres shows télévisés, cela fait monter l’acceptation sociale de l’achat du corps des femmes à un niveau record. Gérer des bordels, en être propriétaire ou être client, ce n’est plus vu comme choquant en Allemagne. Par contre, cela n’a pas pour conséquence une acceptation plus large des femmes prostituées, elles sont toujours considérées comme de la racaille. Vendre du sexe est toujours vu comme méprisable et immoral, tandis qu’acheter du sexe est devenu parfaitement normal. C’est maintenant vers les clients et les proxénètes que va la sympathie du public—et c’est le résultat de la légalisation.

Une autre conséquence de la légalisation est de normaliser les violences envers les femmes. J’ai dû supporter d’entendre des personnes de ma connaissance qui ne savaient pas que j’étais prostituée me faire la leçon sur le fait que l’achat de sexe serait un service parfaitement normal. En même temps, la normalisation de la prostitution a des effets à long terme sur la façon dont la société comprend (ou plutôt ne comprend pas) les autres formes de violence sexuelles envers les femmes. On a maintenant des situations où les femmes qui portent plainte pour viol sont harcelées en retour avec des accusations de diffamation si le perpétrateur ne peut pas être condamné par manque de preuves. Ceci n’est pas une coïncidence.

F : Pouvez-vous nous parler des « syndicats de travailleuses du sexe » et du lobby pro-prostitution en Allemagne ? Qui sont ces gens ? Combien de vraies prostituées dans ces groupes?

H.M. : Ici, nous avons le BSD (Berufsverband Sexueller Dienstleistungen), l’«Association professionnelle des services sexuels », qui n’est en fait qu’une association de dirigeants de bordels et qui est pourtant consultée régulièrement par les politiciens sur toutes les questions touchant à la prostitution, bien qu’ils ne soient que des managers. Il y a aussi le BESD (Berufsverband erotische und sexuelle Dienstleistungen), l’«Association professionnelle des services érotiques et sexuels », qui se présente comme une sorte de syndicat pour les « travailleuses du sexe », mais en fait ceux qui sont ses porte-parole gèrent des donjons de dominatrices ou louent des chambres aux prostituées—et sont donc aussi des opérateurs de lieux de prostitution. L’association ne veut pas révéler combien elle a de membres. Hydra, un centre de conseil et de lobbying à Berlin, donne ouvertement des conseils pour faciliter l’entrée en prostitution.

F: Vous dites que les associations pro-«travail du sexe » ne sont pas seulement inutiles pour les femmes qui veulent sortir de la prostitution, mais qu’en fait elles essaient d’empêcher les femmes prostituées d’en sortir, ou même elles tentent d’attirer de nouvelles recrues. Pouvez-vous nous parler de ça ?

H.M. : Ces associations ont commencé à dire (suite à des pressions politiques) qu’elles soutiennent les femmes voulant sortir de la prostitution—parce que, selon elles, tout le monde n’est pas fait pour ce « travail ». Mais en fait, ces déclarations ne débouchent sur aucune aide. Au lieu de soutien à la sortie, nous avons des centres qui conseillent les prostituées et font du lobbying, et de toute façon il n’y en a pas beaucoup. Il y a des Länder ou des états qui n’en ont aucun. Et quand il y en a, ils sont pro-« travail du sexe ». Cela veut dire qu’ils font campagne pour que les femmes prostituées ne soient pas vues comme un groupe exerçant une activité à haut risque, malgré tous les meurtres de prostituées perpétrés dans ce pays. Parce que selon eux, présenter les prostituées comme groupe à risque serait stigmatisant. De plus, j’ai entendu parler de cas où on a dit à des femmes prostituées qui voulaient quitter la prostitution qu’il fallait simplement qu’elles changent de branche et se reconvertissent dans la domination au lieu d’être escorts. Cela ne les aide pas vraiment bien sûr.

F: Peut-on dire que l’Etat allemand est le plus grand des proxénètes ?

H.M. : Beaucoup de ces associations de conseil et de lobbying reçoivent des subventions publiques ou de l’Etat. Comme elles ne donnent aucune aide aux femmes qui veulent sortir et comme celles-ci sont juste encouragées à mieux s’adapter au « travail du sexe », le résultat est que beaucoup vont rester bloquées dans la prostitution, même si ce n’est pas ce qu’elles veulent. Et c’est l’Etat qui profite de ça, parce que ces femmes continuent à payer des impôts. Certaines femmes prostituées paient jusqu’à 30 Euros d’impôt par jour–la soi-disant « Vergnuegungssteuer » ou « taxe du plaisir »–ce qui est une appellation parfaitement cynique, parce que je ne connais aucune femme qui tire du plaisir de ce « travail ». Et les femmes prostituées doivent supporter des coûts et des frais énormes : 100 à 180 Euros par jour pour une chambre dans un bordel (payés au propriétaire du bordel), plus les impôts (payés à l’Etat), plus ce qu’elles versent à leur proxénète.

F:  J’ai vu que maintenant les bordels allemands reçoivent des évaluations comme les hôtels ? Est-ce que c’est vrai ?

H.M. : Le BSD, une association de managers de bordels, a lancé un « label de qualité » qui récompense certains bordels. Dans ces bordels, les femmes sont présentées comme « travaillant » volontairement, indépendamment de tout proxénète et loin de toute activité criminelle. Bien sûr, ce label de qualité est complètement bidon : un club de propriétaire de bordels qui décerne des labels de qualité à des bordels, comment ces évaluations peuvent-elles être objectives et indépendantes ? L’association a même admis qu’il s’agit d’une nouvelle stratégie de marketing pour séduire des clients qui n’auront plus à se soucier de savoir si les prostituées qu’ils payent sont contraintes ou pas. En fait, de toute façon, les clients s’en fichent, ou même ils préfèrent que les prostituées soient contraintes, parce qu’elles sont alors plus vulnérables, qu’il est plus facile d’abuser d’elles, qu’elles posent moins de limites aux exigences des clients et ne peuvent pas refuser des pratiques sexuelles extrêmes. Ce label de qualité vise à racoler un certain type de clients, ceux qui prétendent être « éthiquement corrects » et qui pourront désormais aller au bordel sans états d’âme.

Traduction anglaise Inge Kleine

Traduction française Francine Sporenda